• Valhalla Rising - DVD

    Dans l'Ecosse du XIème siècle, des chefs de clans vikings et saxons s'affrontent par l'intermédiaires d’esclaves combattant à mains nues jusqu'à la mort. Un jour, "One-Eye" (le Borgne), un guerrier silencieux venu d'on-ne-sait-où, parvient à s'affranchir en tuant son maître...

    Valhalla Rising (2010, 1h40), film dano-britannique de Nicolas Winding Refn, avec Mads Mikkelsen, Jamie Sives...

    Après la trilogie Pusher et Bronson (quatre films que je veux voir absolument,L'homme des jeux donc on risque d'en reparler sur le blog), voici le huitième film de Nicolas Winding Refn, qui vient de recevoir le prix de la mise en scène au festival de Cannes 2011 pour son tout dernier long-métrage, Drive. 

    Le moins que l'on puisse dire pour qualifier Valhalla Rising, c'est qu'il s'agit d'un film âpre, aussi rude que les conditions climatiques contre lesquelles combattent les protagonistes de ce film. Car c'est loin d'être un film facile, tant par son histoire qui, pour banale qu'elle puisse paraître au début, devient quasiment surnaturelle (dans l'interview qu'il accordait à l'émission Mauvais Genres, Refn n'hésite pas à parler de science-fiction à propos du basculement qui s'opère à un certain moment dans son film ; pour ma part, je trouve cela un peu tiré par les cheveux, mais bon, on va quand même lui faire confiance), que par son acteur principal, l'impressionnant Mads Mikkelsen (qu'on a pu croiser dans l'avant-dernier opus de la saga James Bond, Casino Royale) qui compose ici un rôle de guerrier aussi silencieux qu'implacable. Je pense que ce film doit beaucoup au charisme de guerrier borgne qui semble voir l'avenir (sanglant) au travers de son oeil mort. 

    La mise en scène aussi est remarquable. Elle alterne avec brio des scènes contemplatives (attention ! c'est parfois soporifique...) d'une beauté renversante (bravo au directeur de photographie qui a aussi fait un boulot formidable) avec des moments de violence brute, d'une dureté inouïe, mais jamais gratuite. 

    Bref, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce film qui, malgré ses petites longueurs parfois, nous offre un mode de narration assez inhabituel, qui déstabilise très souvent le spectateur. C'est bienausside ne pas rester trop passif devant le spectacle qui nous est donné à voir. Celui-ci, pour sûr, nous remue tellement les tripes qu'on ne peut rester indifférent. Et il continue de nous travailler longtemps.

    note : 

    A.C. de Haenne

    « Fantasy au Petit-Dej' : épisode n°95Salle 101, émission du 26 mai 2011 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :