• Terry Gilliam

    Broc en stock !Depuis ses débuts en 1962 au sein d'une annexe de la revue satyrique américaine Mad, le génial réalisateur étasunien/britannique (rayez la mention inutile) Terry Gilliam (né en 1940) n'a eu de cesse d'inventer un univers cinématographique qui lui est propre.

    Dès ses premiers courts-métrages, le baroque est présent. J'ai la chance d'avoir dans ma vidéothèque son tout premier : Storytime (1968). Il nous y narre la vie d'un cafard (qui finit mal), celle d'un pied qui veut vivre sa vie à lui, ou bien encore des cartes de voeux mélangées où un choeur d'enfant se fait massacrer par des indiens...

    En 1964, il rencontre John Cleese, et en 1969 ilBroc en stock ! forme avec Chapman, Idle, Cleese, Palin et Jones la bande des Monthy Python, dont il réalisera certains des films, dont le formidable Monthy Python : Sacré Graal (1975), co-réalisé avec Terry Jones. Après l'arrêt de la fameuse troupe à l'humour so british, certains membres joueront dans les films qu'il réalisera par la suite. Bien que ce soient des productions hollywoodiennes pour la plupart, il saura avec plus ou moins de bonheur tirer le meilleur du système pour conserver cette esthétique qui fera sa renommée par la suite...

    Tout au long de sa carrière, aussi longue que peu productive (11 films en 34 ans !), Terry Gilliam reprendra certains thèmes qu'il semble apprécier tout particulièrement.

    La Folie

    Broc en stock !On rencontre un si grand nombre de fous dans le monde de Terry Gilliam qu'il est difficile d'en faire le tour. La folie douce du baron de Münchhausen dans Les Aventures... (1988) qui portent son nom. Fisher King (1991) où le personnage joué par Robin Williams est complètement frappé. Dans L'armée des douze singes (1995), Bruce Willis est interné dans un hôpital psychiatrique où il rencontre un Brad Pitt totalement givré... 

    L'onirisme

    C'est grâce aux rêves que Sam Lowry s'échappe de la dystopie kafkaïenne de Brazil (1985). Dans Bandits, bandits (1981), c'est aussi un rêve qui permet au jeune garçon de rejoindre le monde imaginaire et de voyager dans le temps...

    La drogue  

    C'est un thème assez récent qu'il a surtout développé dans son fameux film adaptéBroc en stock ! du roman de Roman S. Thompson, Las Vegas Parano (1998). On le retrouve aussi, mais de manière moins provocatrice, dans le méconnu Tideland (2006)

    Bien sûr, ce qui fait la particularité de Terry Gilliam (et qui fait que je l'adore, entre autres choses...), c'est avant tout l'esthétique totalement foutraque de ses films : machinerie incroyable et totalement déglinguée, costumes tout droit sortis d'une friperie, décors improbables de friches industrielles, tronches diformes des personnages... Le plus incroyable, c'est que malgré les années, Terry Gilliam parvient à conserver cette touche si particulière qui nous fait dire : "C'est sûr, c'est un film de Terry Gilliam !"

    A chacun de ses films, Terry Gilliam nous montre le monde de la marge sans jamais aucun pathos. Il aborde des sujets a-priori sensibles avec un tel burlesque que l'on plonge (ou pas...) dans son univers avec ravissement. J'aime tout particulièrement la gaîté qui se dégage de ses films.

    Et son tout dernier long-métrage en date, L'Imaginarium du docteur Parnassus (2009), ne fait absolument pas exception à la règle. C'est même un impressionnant mélange de tout ce que je viens de dire !

    A.C. de Haenne

    « Episode n°36 : Maïa MazauretteL'Imaginarium du docteur Parnassus - DVD »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Octobre 2010 à 22:40

    Intéressant article.

    J'ai vu Brazil récemment et j'ai Jabberwocky en attente.

    L'armée des 12 singes fait partie de mes films préférés entre tous.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Les-murmures
    Mardi 12 Octobre 2010 à 07:01

    J'aime beaucoup Terry Giliam. Je trouve qu'il fait preuve d'une originalité et d'une fidelité à son univers qui surpasse de loin un Tim Burton par exemple.

    Tu as oublié de mentionner (oui, je sais, tu n'as pas vocation à l'exhaustivité ;) ) Les frères grimm. Même si ce n'est pas nécessairement le meilleur, je le trouve plein de charmes. On y retrouve un certain...Heath Ledger.

    3
    Mardi 12 Octobre 2010 à 17:45

    @ Tigger Lilly : oui, moi aussi j'ai été très marqué par L'armée des douze singes que j'ai vu à sa sortie au cinéma. Quand tu sais qu'il s'agit d'un remake d'un moyen-métrage français expérimental, La Jetée, de Chris Marker, ça laisse songeur...

    @ Les murmures : pour une fois, j'aurais pu viser l'exhaustivité... Là, c'est simplement que comme j'ai fait un article en fonction des thèmes, je ne savais pas où classer Jabberwocky ou Les Frères Grimm (je suis d'accord, ce n'est pas son meilleur).

    A.C.

    4
    Vendredi 15 Octobre 2010 à 13:54

    J'aime beaucoup le travail de ce réalisateur, je suis notamment une grande fan des Monty Python et de son film sur le Baron de Muunchhausen.  Merci pour cet article !

    5
    Vendredi 15 Octobre 2010 à 13:55

    Merci à toi de l'avoir lu, et de l'avoir commenté !

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :