• Sans Âme, de Gail Carriger

    Mademoiselle Alexia Tarabotti est une jeune fille bien sous tout rapport, à une exception près : elle n'a pas d'âme ! Rien de bien extraordinaire, si ce n'est que dans cette société victorienne alternative où les humains côtoient sans soucis les êtres surnaturels (vampires, loups-garous, fantômes...), cette particularité permet à Alexia d'annuler leurs pouvoirs, les faisant redevenir de simples mortels.

    Alors, contre toute bienséance, lorsqu'un vampire tente de lui mordre la jugulaire, Miss Tarabotti finit par tuer son agresseur...


    Salle 101Ce petit résumé du tout début du premier livre de Gail Garriger me semble assez complet, à part peut-être une petite précision : Mademoiselle Tarabotti est une vieille fille... de 26 ans ! Ce détail somme toute anodin pour notre société a une importance capitale dans cette société victorienne calquée sur celle qu'ont connue les anglais durant la dernière moitié du XIXème siècle. En effet, si les apparences (physiques, vestimentaires) semblent importantes, les bonnes moeurs et les relations sociales sont tout aussi primordiales. Être bien né reste de règle, et avoir de l'argent permet d'avoir un rang dans cette société moraliste.

    Mais ce roman n'est pas qu'une comédie de moeurs comme Jane Austen ou d'autres auraient pu l'écrire, il est loin de ce que j'imagine être la fameuse bit-lit (car, tel que vous me lisez, je n'ai jamais ouvert un livre de ce genre pourtant si réputé chez les adolescentes en mal de romantisme vampirique. Oui, je sais, c'est mal, mais, que voulez-vous ? c'est ainsi...). En effet, ce roman nous narre aussi une sorte d’enquête policière avec des morceaux (légers) de steampunk dedans (on y croise des dirigeables et un automate pas très sympathique). Il est vrai que tout cela pourrait vous paraître une sorte de pudding indigeste. Eh bien non, pas du tout. Pour son premier roman, Gail Garriger nous sert une histoire enlevée, assez drôle parfois, avec des personnages attachants, et le tout porté par un style plutôt fluide (même s'il n'est pas exempt de maladresses qu'on peut aisément pardonner à l'auteure qui signe ici, je le répète, son premier roman). Contrairement à ce que son titre indique, ce roman a une belle âme...

    Bref, un bon premier roman que je vous conseille sans problème, surtout si vous voulez passer un agréable moment avec Mademoiselle Tarabotti.

    note : 

    A.C. de Haenne

    CITRIQ

    « 11Bifrost n°61 : questions et perspectives... »

  • Commentaires

    1
    Lundi 18 Avril 2011 à 21:51
    Lhisbei

     je n'entends que du bien de ce roman, je vais finir par craquer :)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 18 Avril 2011 à 22:28

    Et ma copine, qui de la SFFF ne connait que HP et quelques Pratchett, s'est lancée dans la lecture de ce roman, et elle le trouve très bien.

    A.C.

    3
    Bettyf
    Jeudi 21 Avril 2011 à 14:18

    Je confirme, j'adore!! Je n'ai pas encore terminé, mais cela ne saurait tarder car il se lit très bien. De plus, j'ai hâte de me replonger chaque soir dans cet univers insolite aux côtés de cette chère Alexia très attachante.

    Je conseille donc ce livre, c'est vraiment très rafraîchissant!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :