• Ring 2 – DVD

    L’autopsie de Sadako révèle qu’elle est restée près de trente ans vivante, murée dans son puits. Ni la découverte de son cadavre, ni la destruction de la cassette vidéo maudite sur laquelle son image apparaissait ne semblent en mesure de stopper sa soif de vengeance. Désormais, le petit Yoichi, ayant survécu à la vision maléfique, est le seul à pouvoir lutter contre Sadako. En se voyant doté de pouvoirs psychiques, il est tombé dans un mutisme radical. Pour remédier à cela, une mathématicienne va tenter de chasser ses démons.

    Ringu 2 (1998 ; 1h32) film japonais réalisé par Hideo Nakata avec Daisuke Ban, Kyoko Fukada, Nanako Matsushima…

     

    Ring 2 avait la lourde tache, si ce n’est de faire oublier le génialissime Ring, d'au moins Ring 2 – DVDclôturer la trilogie avec la manière. Il faut dire que la barre était haute tant ce dernier accumulait les bonnes idées et une bonne réalisation. Par ailleurs, la scène finale laissait largement assez de champ, permettant une suite bienvenue et attendue. Yoichi s’est enfuit avec sa mère. Alors que celle-ci a trouvé la solution pour survivre à la malédiction, contrairement à feu son ex-mari, le petit garçon demeure avec cette épée de Damoclès. Bien sûr, il n’est pas question qu’il périsse : Yoichi survivra aux dépens d’un autre membre de sa famille, où en tout cas on le devine. La VHS détruite, le cercle rompu, on aurait pu croire que c’en était terminé de la vengeance [bien compréhensible] de Sadako. Et bien, non. La cassette vidéo fait l’objet de jeux macabres encore parmi les jeunes qui semblent avoir, eux aussi, trouvé la clef de l’énigme. Ou en tout cas le croient-ils. Aussi, il demeure un nombre inconnu d’exemplaires de la cassette maudite. Déterminée à comprendre ce qui est arrivé à son mentor, le père de Yoichi, Kanae reprend l’enquête assistée d’un jeune journaliste opportuniste. Elle ne tardera pas à retrouver la petite famille, et une certaine connaissance.

     

    Ring, et plus tard Ring 0, rivalisaient de talent dans la suggestion, parvenant à créer un climat d’angoisse sans en faire beaucoup. Pour Ring 2, malheureusement, la mayonnaise prend moins. La réalisation est toujours de fort bonne facture. Le scénario cependant n’exploite pas suffisamment les différentes pistes. Surtout, il se situe plutôt dans une veine fantastique, mettant en avant les pouvoirs révélés de Yoichi et les différentes apparitions de Sadako ou de sa mère par exemple. Même si le choix d’un film plus direct peut être louable, pour ne pas faire un Ring bis, on perd ici en profondeur. N’y aurait-il donc rien à sauver ? N’allons pas aussi loin. Si ce second volet ne comble pas mes attentes, il n’en reste pas moins un digne représentant de ce cinéma asiatique que j’aime tant, fait d’une mise en scène faisant la part belle aux ambiances, à ses personnages ambigus, à un folklore traditionnel très présent ou aux légendes urbaines etc.

     

    Cependant, le rôle de ce film était bien de boucler la trilogie. Alors, même s’il se tient et est plutôt de bonne facture, je ne peux pas empêcher un sentiment de frustration. Moralité de l’histoire, s’il vous prend l’envie de vous plonger dans l’histoire de Sadako et de sa famille, privilégiez l’original et les origines exposées dans le 0. Si vous goutez le cinéma asiatique, n’hésitez pas à vous pencher sur ce deuxième volet.

     

    Note : 

     

     

    Les Murmures.

    « Mes Utopiales 2011Terre Noire – Les exilés du Tsar, de Michel Honaker »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :