• Quand il y aura des pommiers sur Mars, de Ugo Bellagamba (W)

    Grâce à Pitivier, je me suis rendu compte que j'avais dans ma e-PàL unFantasy au Petit-Déjeuner texte qui correspondait au challenge initié par Lhisbei. Il s'agit d'une nouvelle de Ugo Bellagamba, Quand il y aura des pommiers sur Mars, parue dernièrement en format numérique sur le site du Bélial'.

    A bord du Nikita Sergueïevitch, tout le monde exulte : l'incroyable machine volante est le symbole de la victoire communiste lors de la course à l'espace. En effet, le voyage inaugural de l'impressionnant dirigeable sino-soviétique se déroule non pas sur Terre, mais bien sur Mars. Seulement, certains ne voient pas le triomphe communiste d'un très bon oeil...

    Fantasy au Petit-DéjeunerPoint de divergence : aucune date n'est vraiment donnée mais l'auteur, dans une postface à sa nouvelle, explique qu'il s'agit-là d'une uchronie légère où c'est l'URSS, aidée par la Chine communiste, qui a gagné la course à l'espace. On peut donc placer ce point de divergence aux alentours des années 50 et 60. Ce qui a provoqué un effondrement du Capitalisme, et permis au Communisme de s'étendre sur toute la surface du globe.

    Si on n'est pas là devant un chef d'oeuvre littéraire (c'est l'auteur lui-même qui le reconnait dans sa postface), on a le droit tout de même à un petit bijou. Il s'agit d'un vibrant hommage à toute cette littérature de science-fiction russe qui avait une vision humaniste de la conquête de l'espace. Dans sa postface, Ugo Bellagamba nous parle aussi de Constantin Tsiolkovski, le génie russe autodidacte qui, à la fin du XIXème siècle, a théorisé la conquête spatiale. J'ai moi-même chroniqué un film qui lui rend hommage, Le chemin des étoiles.

    Bref, dans cette courte nouvelle d'une trentaine de pages, Ugo Bellagamba réussit l'exploit de nous exposer un monde tel qu'il aurait pu être. Bien sûr, ce ne sont que les contours flous de ce monde, mais il le fait avec une telle maestria que c'est un réel plaisir de lecture. Certes les personnages sont quelques peu caricaturaux. Toutefois, c'est à regret qu'on les quitte au terme de cette lecture.

    note : 

    A.C. de Haenne

    P.S. : à noter que cette nouvelle est disponible gratuitement en format électronique sur la plateforme d'e-Bélial', et ce jusqu'à la fin de l'année 2010. De quoi terminer l'année en beauté. Alors, n'hésitez surtout pas et précipitez-vous !

    « Shrek 4, il était une fin - DVDannonce et autres bonnes résolutions »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 31 Décembre 2010 à 12:36
    Pitivier

    Nouvelle très sympa en effet. Du coup je me suis commandé la cité du soleil du même auteur.

     

    Je rajoute un lien vers ton billet.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Vendredi 31 Décembre 2010 à 12:48

    Merci, c'est fort urbain de ta part !

    Et merci encore de m'avoir montré la voie...

    A.C.

    3
    Dimanche 2 Janvier 2011 à 17:49
    Guillaume44

    Ce fameux Constantin qui imagina une tour pour l'espace ;)

    4
    Dimanche 2 Janvier 2011 à 18:30

    Visiblement, c'était un sacré visionnaire !

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :