• Planète Hurlante - DVD

    Planète Sirius 6B, 2078.

    Dix ans auparavant, la guerre éclate entre le N.B.E. (Nouveau Bloc Economique) qui exploite les mines de Beryrium, et une alliance d'anciens mineurs qui se sont rebellés après la découverte d'importants dégagements de radiation lors de l'extraction du minerai. Néanmoins, un certain statu quo existe entre les deux partis depuis deux ans maintenant.

    C'est alors qu'un soldat isolé du N.B.E. arrive non loin d'une base de l'Alliance. C'est sans compter sur les "gardiens" qui grouillent sous la surface...

    Planète Hurlante (1995, 1h48), film canado-américano-japonais, avec Peter Weller, Roy Dupuis, Jennifer Dubin...

    Tiré d'une énième nouvelle de Philip K. Dick (si quelqu'un a déjà fait le compte exhaustif desPlanète Hurlante - DVD adaptations Dickiennes, qu'il se manifeste, ça m'intéresse...), ce long-métrage à petit budget possède une des plus grandes qualités qui soit dans le cinéma moderne, c'est-à-dire qu'il n'a pas été produit par une Major, dont les producteurs réclament avant tout de la rentabilité. Pour ce faire, les films sont très souvent lissés afin de plaire au plus grand nombre, et l'intrigue se trouve remplacée par une succession de courses-poursuite et d'explosions.

    Là, on a droit à un scénario de Dan O'Bannon (à qui l'on doit notamment les scénars de trois Aliens sur quatre, et celui de Total Recall...), et cela donne un film plein de fausses pistes et de faux-semblants. Très dickien en somme.

    L'interprétation est plutôt réussie, portée par un Peter Weller tout en retenu, mais qui sait imposer sa présence et son charisme.

    Malheureusement, le coté cheap de la production se ressent sur les effets visuels. Le film, datant de 1995, semble avoir dix ans de plus, au moins. Les décors intérieurs frisent parfois le ridicule, tandis que l'exploitation des ruines industrielles (en extérieur, donc) en décors naturels est assez réussie.

    Bref, vous l'aurez compris, c'est un film que j'ai plutôt bien aimé, malgré ses quelques petits défauts. Un long-métrage à voir pour son côté patrimonial. Ce n'est pas un film qui a révolutionné la SF mondiale, mais comme il pose quelques bonnes questions, il me semble à voir.

    note : 

    A.C. de Haenne

    « La Foire aux BouquinistesThis Must Be the Place – Cinéma »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 29 Août 2011 à 14:32
    Guillaume44

    Impossible de regarder les ours en peluche de la même façon après !

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 29 Août 2011 à 14:39

    Tout à fait ! Et les gamins qui les portent...

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :