• Phénix, La trilogie de Phénix, tome 1, de Bernard Simonay

    Dorian et Solyane, frère et sœur jumeaux, vivent une jeunesse dorée entre les murs de la cité de Syrdahar, oasis survivant depuis des temps immémoriaux au milieu des Terres Bleues, un désert infranchissable où règnent la mort et la désolation. Jusqu'au jour où leur don de prémonition leur annonce la destruction imminente de la cité. Alors contraints de fuir, les deux enfants vont devoir traverser les Terres Bleues, première étape sur le chemin de la formidable aventure qui les attend. D'épreuves en sacrifices, leur quête les conduira aux quatre coins du monde à la rencontre de chevaliers et de prêtres énigmatiques. Mais surtout, ils devront combattre l'effroyable malédiction qui pèse sur eux, cet amour interdit qui les enchaîne irrémédiablement l'un à l'autre. Epopée fantastique aux couleurs de chanson de geste, Phénix, premier tome de la trilogie éponyme, vous entraînera tambour battant dans une aventure à couper le souffle...

    4Phénix est le premier tome d'une trilogie de Fantasy écrite par Bernard Simonay. Ce premier volume brasse plusieurs genres de la littérature de l'imaginaire.

    Bâtie sur le principe de l'épopée ou de la chanson de geste comme l'évoque, à mon avis un peu facilement, l'éditeur, les protagonistes parcourront de long en large le monde. Comme le laissent supposer les noms attribués aux contrées, nous avons ici à faire avec la Terre, ou quelque chose qui y ressemble. Je ne veux pas en dire plus sur le scénario que ce qu'en dit la quatrième de couverture déjà citée. J'en dirais trop et gâcherais la surprise, qui ne résistera pas longtemps aux esprits les moins perspicaces. 

    Phénix peut être vu comme un roman d'apprentissage sous fond de chevalerie. En effet, Dorian et Solyane apparaissent d'abord enfants puis grandissent. Chaque moment de leur croissance est évidemment ponctué d'épreuves, plus ou moins rudes, qui modifieront leurs aptitudes et leurs ressources. Phénix est aussi le prétexte à un univers riche. Nous y retrouvons assez de peuples, de péripéties épiques, de décors et de personnages hauts en couleurs, de religions, de castes, d'inquisitions et d'intrigues politiques.

    Bref, tout semble réuni pour offrir au lecteur une très belle fresque, l’ensemble prenant vie sous la plume précise de Bernard Simonay.

    Seulement voilà, cette plume est peut être un peu trop précise. Les aventures épiques le sont peut être un peu trop et leurs dénouements un peu trop évidents. Et, ce qui est peut être le plus gênant, le livre s'anticipe quand même très facilement.

    En effet, Bernard Simonay décrit tout, dans un style parfois pompeux. Ce dernier touche parfois au racoleur, surtout lorsqu'il s'agit de décrire la relation qui lie le frère et la sœur. Chaque événement qui, pour n'importe quel autre personnage, apparait infranchissable n'est bien sûr qu'une formalité pour les héros. De fait, à force de pointer du doigt les éléments importants d'une situation, le lecteur comprend ce qu'il va se passer avant même que l'auteur n'y arrive, parfois plusieurs dizaines de pages plus tard. Et, lorsqu'enfin apparait l'objet du suspense, l'effet de surprise s'est déjà atténué, remplacé par un sentiment de frustration.

    Malheureusement, Bernard Simonay tenait effectivement une idée séduisante et incontestablement riche. Ses personnages sont attachants, les intrigues sont même fascinantes. Mais à trop vouloir en faire, l'histoire perd de son effet. L'aventure et le frisson laissent la place à l'anticipation et à la succession d'événements. Un peu plus de 800 pages rien que pour ce premier volume pèse trop lourd. A mon goût, au moins un tiers parait superflu. Ce sentiment général m'amène même à  rétrograder dans ma PàL la lecture des deux autres parties (donc plus de 1500 pages).

    note :

    Les murmures

    CITRIQ

    « Episode n°38 : Justine NiogretInterview d'Etienne Barillier »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Janvier 2011 à 17:09

    La première partie de ton papier donne vraiment bien envie. Malheureusement, la deuxième, moins. Cependant, de temps en temps, un peu de lecture facile fait du bien, même avec un pavé de 800 pages ! Mais comme ce livre ne fait pas encore partie de ma PàL, la question ne se pose pas, pas encore du moins...

    A.C.

    2
    Les-murmures
    Dimanche 9 Janvier 2011 à 17:20

    Et bien c'était assez voulu j'avoue. C'est vraiment l'impression que j'ai eu en lisant : ouais bien ! Puis...ah ouais...bon, dommage.

    Pour résumer, comme tes amis rugbymen le disent (;) ), c'est un essai non transformé, mais essai quand même.

    3
    Dimanche 9 Janvier 2011 à 17:23

    C'est bon à savoir...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Les-murmures
    Dimanche 9 Janvier 2011 à 17:28

    On doit comprendre qu'il est sur ta liste Flo ? Si c'est le cas, je serais curieux d'avoir un autre son de cloche.

     

    5
    Dimanche 9 Janvier 2011 à 17:47

    Il n'est pas sur ma liste, mais je tourne autour depuis un moment. Je laisse tomber !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :