• Alors que le numéro 62 est annoncé dans les kiosques pour le 21 avril, je reviens sur le numéro précédent que j'ai fini de lire, que dis-je ? de déguster voici quelques semaines. Un grand numéro qui fait le bilan de la science-fiction telle qu'elle s'écrit actuellement...

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Mademoiselle Alexia Tarabotti est une jeune fille bien sous tout rapport, à une exception près : elle n'a pas d'âme ! Rien de bien extraordinaire, si ce n'est que dans cette société victorienne alternative où les humains côtoient sans soucis les êtres surnaturels (vampires, loups-garous, fantômes...), cette particularité permet à Alexia d'annuler leurs pouvoirs, les faisant redevenir de simples mortels.

    Alors, contre toute bienséance, lorsqu'un vampire tente de lui mordre la jugulaire, Miss Tarabotti finit par tuer son agresseur...


    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Muller vivait depuis neuf ans dans le labyrinthe. Maintenant, il le connaissait bien. Il savait ses pièges, ses méandres, ses embranchements trompeurs, ses trappes mortelles. Depuis le temps, il avait fini par se familiariser avec cet édifice de la dimension d'une ville, sinon avec la situation qui l'avait conduit à y chercher refuge. Tous les hommes qui avaient tenté de pénétrer dans le labyrinthe de Lemnos avant Muller étaient morts d'une façon atroce. Tous ceux qui avaient essayé de l'y rejoindre par la suite avaient été massacrés. Aujourd'hui, Ned Rawlins a reçu l'ordre de ramener Muller sur la Terre, sa planète natale. Qui, neuf ans auparavant, l'a impitoyablement chassé...

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Bunny Munro vend des produits de beauté et rêves d'espoir aux ménagères esseulées de la côte sud de l'Angleterre. Lancé à la dérive par la mort subite de sa femme et luttant pour rester en phase avec la réalité, il fait la seule chose qui lui vienne à l'esprit - prendre la route, son fils de neuf ans à ses côtés. Tandis que Bunny colporte sa marchandise et son sex-appeal, Bunny Junior attend patiemment dans la voiture, explorant le monde à travers son encyclopédie. A mesure que leur étrange odyssée approche de son épilogue, Bunny réalise que les fantômes qui l'entourent sortent de l'ombre pour venir réclamer leur dû. Portrait sensible de la relation entre un père et son fils, Mort de Bunny Munro est un roman palpitant, plein de style et de fureur, regorgeant de cet esprit et de ce mystère que les fans reconnaîtront comme les marques de fabrique de la vision si singulière de Nick Cave...

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d'esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d'autres choses encore... Avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité...

    Lire la suite...


    5 commentaires
  •  

    C'est en hiver que l'étranger s'est installé à l'auberge du village d'Iping. Ses bandages, qui lui enveloppent entièrement la tête, sauf le nez, d'un rouge vif, lui donnent un aspect étrange, assez terrifiant, et les langues vont bon train.

    On l'aurait peut-être laissé en paix s'il n'avait pas retardé le paiement de sa note et s'il n'y avait pas eu un vol mystérieux au presbytère. Mandat est donné de l'arrêter, mais comment se saisir d'un personnage qui disparaît à mesure qu'il se dépouille de ses vêtements? Quant à l'étranger, obligé d'être nu pour échapper aux poursuites, il souffre cruellement du froid et de la faim...

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Ils sont quatre individus sur un ferry qui traverse le Styx pour les mener en Enfer. Il y a Belle, une prostituée tombée sous les coups de son mac. Il y a Seven, un Noir tueur à gages, mort dans une fusillade. Il y a aussi Matthew, jeune homosexuel décédé aux Urgences. Et enfin, il y a Eli, un clochard qui s'est suicidé.

    Très vite, il vont se rendre compte que leurs destins sont liés...

    Lire la suite...


    12 commentaires
  • Le jeune Victor Frankenstein étudie à Ingolstadt, en Suisse, sa patrie. Mais très vite il s'y sent à l'étroit et il décide de rejoindre une prestigieuse université à Oxford, afin d'y poursuivre des études plus poussées. C'est là qu'il fait la connaissance d'un jeune idéaliste athée, Percy Bysshe Shelley. A la suite d'un scandale, ils sont renvoyés de l'université et se retrouvent à Londres. Après la mort de sa soeur, puis de son père, restés en Suisse, Frankenstein ne désire qu'une chose : poursuivre ses expériences sur l'électricité et sur la mort...

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Dans un pays d'Europe Centrale, Elcana nait avec une différence. Il s'agit d'un lilliputien, un nain "parfait". Sa petite taille, il la compense par une agressivité qui le pousse à des actes de violence. Il finit par tuer quelqu'un en voulant sauver une jeune fille victime d'un viol. Sa fuite le mènera jusqu'au Nouveau Monde. Au large de New-York, sur l'île de Coney Island, un immense parce d'attraction a été monté : dans une ville de Dresde médiévale à l'échelle, des lilliputiens vivent pour le plus grand plaisir des visiteurs...

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Ondes sonoresQuoi de mieux pour vous présenter cette revue que de citer Thomas Day dans le dernier Bifrost en date (n°61) : "Fanzine de luxe, Présences d'esprits continue son petit bonhomme de chemin, avec des collaborateurs pertinents : Yohann Vasse, Christophe Thiennot, Jean-Marie Garniel et Georges Bormand."

    Lors de mes dernières Utopiales, j'ai beaucoup apprécié l'ambiance bon enfant qui rêgnait sur le stand "Présences d'esprits". Lhisbei n'a pas eu besoin d'user beaucoup d'arguments pour me convaincre d'adhérer au club. Et hop ! Dès le lendemain, c'était fait ! Voici deux mois maintenant, j'ai reçu mon premier numéro, celui d'automne 2010 (numéro 65).

    Sur les 54 pages en noir et blanc (couverture en couleurs), les rédacteurs jouent la carte de l'ecclectisme. Au sommaire, un dossier complet sur le scénariste/réalisateur de séries et de films, Joss Whedon, à qui l'on doit notamment "Buffy contre les Vampires" (l'article de Christophe Thiennot est tellement bon qu'il m'a même fait regretter de ne jamais m'être intéressé à cette série de proto-Bit-lit pour adolescents en mal de sensations !). Mais l'article qui m'a le plus intéressé à propos du futur réalisateur des Avengers (2012) concernait une super série malheureusement arrêtée à la fin de la première saison, "Firefly", et son avatar cinématographique, Serenity (2005). Excellent !

    Vient ensuite un entretien avec l'un des auteurs de Cleer (Lunes d'encre), Laurent Kloetzer. Malheureusement trop court, mais tout de même très intéressant.

    La courte nouvelle de Prune Mateo, "Ton Esprit à lui-même", qui nous est proposée est certes agréable à lire, mais on n'en garde pas grand-chose au final.

    Juste après, c'est un assez long dossier sur la collection de bandes-dessinées "1800" (Soleil) qui nous est donné à lire. Moi qui ne suis pas un grand amateur de BD, j'ai trouvé ça très plaisant.

    Vient ensuite le traditionnel cahier critique de 24 pages qui fait la part belle aux livres, mais aussi à la BD, aux revues, au cinéma, aux jeux, et même à l'illustration. Bref, que du bon !

    Voilà, comme Thomas Day, je trouve que pour des amateurs, l'équipe de Présences d'esprits fait du sacré bon boulot. Je peux encore le dire, mais pas pour longtemps. En effet, dès le numéro 67, vous pourrez me lire directement dans les pages de PdE...

    A.C. de Haenne


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique