• Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (dSC)

    Après une petite pause, je reviens pour relever de nouveau le défi Steampunk lancé par le Lord voici quelques temps. Après la bande dessinée, meLe défi Steampunk revoilà avec une chronique cinéma, et un film réalisé en 2004 par Brad Silberling, d'après les trois premiers romans éponymes écrits par Lemony Snicket. Considéré par certains comme un film steampunk, je vais tenter ici de le passer au crible pour voir ce qu'il en est.  

    Le défi SteampunkA la suite de la mort de leurs parents dans l'incendie de leur manoir, les enfants Baudelaire, Violette, Klaus et Prunille se retrouvent orphelins. C'est Mr Poe, le banquier qui gère la fortune Baudelaire, qui est en charge de leur trouver des parents de substitution. Malheureusement, celui-ci ne trouve rien de mieux que de les emmener chez l'affreux comte Olaf, acteur de théâtre raté et totalement égocentrique. Leur calvaire ne fait que commencer...

    Le moins que l'on puisse dire c'est, qu'en ce moment (on va dire en gros depuis une petite dizaine d'années et la déferlante Harry Potter), les films adaptés de roman pour la jeunesse sont pléthore. Malheureusement, la qualité n'est pas toujours au rendez-vous. Eh bien, ici, ce n'est pas le cas. Servie par un casting haut en couleur (avec en premier lieu un Jim Carey en très, très grande forme, une Glenn Close totalement échevelée, mais aussi une très jeune Emily Browning, que l'on a retrouvé récemment, ici), une réalisation minutieuse, une photographie superbe et un scénario que j'imagine fidèle aux romans, les trois premiers tout du moins (romans qui dorment dans ma bibliothèque, attendant patiemment que j'y jette un oeil)... cette adaptation est un petit bijou. Bref, un très bon film destiné plutôt à la jeunesse qu'en tant qu'adulte j'ai pris un grand plaisir à voir, ou plutôt à revoir. En effet, puisqu'il est dit que ce long-métrage se trouve être un film steampunk, l'occasion était trop belle, et j'aurais été bien bête de passer à côté.

    Mais alors, me direz-vous, quid du Steampunk dans ce long-métrage ? Eh bien, pour ma part, voir ce film sous l'angle du genre qui nous intéresse ici n'a pas été évident. Oh, certes, il y a bien quelques engrenages(1), des savants un peu dérangés du ciboulot(2), de la technologie légèrement uchronique(3). Et voilà tout. Certes, l'esthétique est magnifique, mais je crois qu'elle relève plus du Dieselpunk, même si, je dois bien vous avouer ici mon ignorance dans cette branche du Steampunk. 

    Bref, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé ce film, même si je ne suis pas sûr que ce soit à cause de son côté steampunk : l'aiguille du manomêtre aura bien du mal à décoller.

    note : 

    manomètre : 30%

    A.C. de Haenne


    « Service de presseDes fleurs pour Algernon »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Les-murmures
    Dimanche 29 Mai 2011 à 11:18

    J'ai été surpris de voir que tu le chroniquais pour ce défi. Effectivement, ce n'est pas une évidence de le considérer comme un film steampunk même si on peut en dégager quelques aspects ci et là. En revanche, j'aime beaucoup ce film pour toutes les raisons que tu évoques. Et, je ne sais pas si tu seras d'accord avec moi, mais je lui trouve un petit quelque chose "à la" Terry Giliam dans le genre folie douce déjantée.

    2
    Dimanche 29 Mai 2011 à 12:47

    Oui, il y a de ça, même si les films de Gilliam sont un peu moins lissés que celui-ci. Mais tu as raison sur la folie douce instillée notamment par le jeu de Carey.

    Après, j'ai tout simplement trouvé la référence steampunk de ce film sur Wikipedia. Je sais, c'est loin d'être évident, d'autant si on aplique ma grille de lecture.

    A.C.

    3
    Orkan von Deck
    Mercredi 1er Juin 2011 à 20:49

    Non ?! La meuf de Sucker Punch quand elle était gamine ?

    Je la préfère en collegienne sexy !

    4
    Mercredi 1er Juin 2011 à 22:26

    Euh, même si ce n'est pas du même ordre, je la préfère dans celui-ci...

    Sinon, en regardant ce soir Jumanji ce soir avec ma fille, je me suis rendu compte que Kirsten Dunst y jouait.

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :