• La saga James Bond

    Quand on regarde un James Bond, héros récurrent tiré de l'oeuvre littéraire créée Brocpar Ian Fléming en 1952, on s'attend forcément à voir les archétypes qui ont contribué au succès de la série : la James Bond Girl, le super Méchant Maître du Monde qui menace de tout faire exploser, l'Aston Martin, le mythique Walther PKK (remplacé ensuite par un plus moderne Walther P99)...

    Ces éléments récurrents, dont certains ont été inventés pour le cinéma, ontBroc fortement contribué à forger le mythe moderne qu'est rapidement devenu James Bond. Après des débuts honnêtes, en 1962 avec James Bond 007 contre Dr. No, ce ne sera que le troisième opus, Goldfinger (1964) qui fera exploser la franchise au niveau du box-office. Le succès permet alors à l'espion de sa Très Gracieuse Majesté de devenir un incontournable du cinéma mondial.

    BrocJamais une saga cinématographique n'a été aussi importante : 22 films en 46 ans (de 1962 à 2008). Certes, il n'y a pas eu que des chefs-d'oeuvre, mais nombreux sont ceux qui se regardent encore avec grand-plaisir. Il faut dire que dès le départ, le coup de génie a été de trouver le visage au plus célèbre espion du cinéma : ce sera Sean Connery.

    Contrairement à James Bond qui a été interprété par six acteurs (Sean Connery (6 films), George Lazenby (1 film), Roger Moore (7 films), Timothy Dalton (2 films), Pierce Brosnan (4 films) et enfin Daniel Craig (3 films au moins en comptant le prochain, pour le moment suspendu)), il y a un rôle qui a été tenu par la même personne quasiment jusqu'au bout (en fait, jusqu'en 1999). Il s'agit de Q, leBroc scientifique qui prépare les voitures et les gadgets de Bond. L'acteur, Desmond Llewelyn, interpréta le rôle de Q dans 17 James Bond (sur 22 !) Il mourut dans une collision de voiture à l'âge de 85 ans. Repris par John Cleese dans Meurs un autre  jour, le rôle de Q est abandonné dans les deux derniers. D'ailleurs, les gadgets eux-mêmes sont cantonnés à une technologie usuelle. Certes Bond possède un portable, très certainement ultra-sécurisé, mais il n'a plus de lance-missiles implanté dans sa voiture !

    Car l'arrivée de Daniel Craig marque un tournant dans la saga (cf. critique de Quantum of Solace). Passons sur le fait qu'avec Craig, on avait-là le premier acteur blond a interpréter le rôle de Bond, pour se focaliser sur le fait que l'acteur britannique apporte, grâce à son physique, le punch qui manquait passablement à la série. Les essais avec Thimothy Dalton n'ont pas été très concluants, et ce n'est pas Pierce Brosnan, avec son physique de gendre idéal, qui allait y parvenir. Bref, après Casino Royale, la franchise James Bond a passé la vitesse supérieure, et ce n'est pas plus mal. 

    A.C. de Haenne

    « Le Bélial' et le livre électronique (2)La Fantasy au cinéma (1/3) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 25 Août 2010 à 19:58

    Il y a un épisode du podcast 2000 ans d'histoire qui traite du sujet ^^ c'était très intéressant. Sympa ta chronique.

    2
    Mercredi 25 Août 2010 à 20:28

    Merci beaucoup. Cependant, elle ne faisait que survoler l'ensemble assez vaste. 

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :