• La machine à différences, de W. Gibson et B. Sterling (W)

    Voici donc ma toute dernière participation au merveilleux challenge organisé parSalle 101 Lhisbei et qui court depuis trois mois maintenant. Peut-être pas le meilleur des livres chroniqués dans cette rubrique (quoique), La Machine à Différence demeure très certainement le plus emblématique de tous. Souvenez-vous, il nous avait été chaudement recommandé par le Professeur Etienne, juste ici.

    Edward Mallory, paléontologue dont la notoriété ne cesse de croître, se retrouve entraîné bien malgré lui dans les intrigues entre la France et l'Angleterre... 

    Salle 101Point de divergence : en 1812, le nouveau premier ministre Lord Byron (himself) fait réprimer la révolte des Luddites (menée par Ned Ludd) qui menace les fondements du royaume d'Angleterre, tuant ainsi la révolution dans l'oeuf. Après ce coup d'éclat, il met en place une sorte de dictature capitaliste qui permet le développement considérable de l'industrie. Dans cette réalité alternative, la réalisation par Charles Babbage de sa machine à différences (sorte de proto-ordinateur) permet un incroyable bond technologique, certaines technologies en avance d'au moins cinquante ans : voitures (vapo-mobiles), cinématographe (kinotrope), métro (sous-terrestre)... L'énumération de toutes les inventions merveilleuses (surtout pour l'année où se déroule le roman, 1855) qui émaillent ce formidable roman serait fastidieuse. Cela a dû être assez jubilatoire de la part des auteurs d'inventer autant de machines aussi uchroniques qu'anachroniques. Et un casse-tête de traduction...

    Voilà, vous l'aurez compris, ce fut un régal de lecture, d'autant plus passionnante que le style foisonnant des deux auteurs, loin de rebuter,Salle 101 nous emmène vraiment très loin dans ce Londres alternatif plongé dans une pollution de plus en plus prégnante. On suffoque avec les protagonistes de cette histoire qui, il faut bien le dire, sont parfois un peu dépassés par les évènements.

    Je suis ravi d'avoir terminé ce formidable challenge avec ce roman qui mêle à la perfection l'uchronie et le steampunk, un sous-genre (pour le premier) et un genre (à part entière pour le second) de l'imaginaire que j'apprécie tout particulièrement. Si parfois on peut confondre ces deux termes, ici on se fiche un peu des étiquettes et on se laisse entraîner par le courant merveilleux de la lecture.

    Jubilatoire !

    note : 

    A.C. de Haenne

    « petite annonceWorld Invasion – Cinéma »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Mars 2011 à 22:30
    Guillaume44

    C'est du bon. Je le lirai si un défi steampunk pointe un de ces jours.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Lundi 21 Mars 2011 à 22:58

    garde s'en pour bientot : ça va être le défi steampunk !

     

    J'ai honte, je n'ai même pas réussi à me dégotter celui là, alors qu'il parait que c'est un des meilleurs

    3
    Mardi 22 Mars 2011 à 07:59
    gromovar

    Faudra que je le relise, peut-être à l'occasion du challenge du Lord. C'est un des premiers romans que j'ai lu intégralement en anglais et j'avais eu du mal, et perdu de fait beaucoup de plaisir.

    4
    Mardi 22 Mars 2011 à 20:22

    @ gromovar : Oui, vraiment, sa lecture vaut le coup. Quelque chose entre une uchronie subtile et un steampunk réaliste !

    Sinon, moi aussi j'attends ce fameux challenge steampunk...

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :