• L'interview d'un auteur : Lucas Moreno (1/3)

    Après un rendez-vous manqué à l'automne dernier pour cause d'arrêt définitif du podcast dont il était l'un des deux cofondateurs, utopod, nous retrouvons donc Lucas Moreno, mais sous un jour nouveau. En effet, c'est ici l'écrivain qui a eu la gentillesse de répondre à quelques-unes de mes questions.

     

    A.C. de Hænne : Bonjour Lucas. Tout d'abord, pourrais-tu te présenter aux lecteurs du blog de A.C. de Hænne ?

     

    Lucas Moreno : Merci de m’accueillir sur ton blog ! Je crois bienOndes sonores que c’est ma première interview en tant qu’auteur uniquement (j’ai enfin pu remiser mes casquettes d’audioéditeur et de traducteur dans un tiroir).

     

    Je suis né en Uruguay, puis ma famille s’est installée en Suisse quand j’avais huit ans. J’ai toujours voulu écrire, mais jusqu’à vingt-huit ans je me suis concentré sur d’autres domaines : langues étrangères, culture asiatique, musique, enseignement, carrière universitaire, traduction, etc. Et puis en 2002, j’ai commencé à bosser comme journaliste culturel pour divers journaux romands. Le fait de produire du texte tous les jours, de devoir tenir des délais, de pouvoir enfin écrire autre chose que de l’académique, comment dire, ça m’a dégourdi les phalangettes, et je me suis rapidement mis à écrire des nouvelles de SF et de fantastique. J’ai toujours eu une passion pour l’écriture, mais je ne savais pas comment m’y prendre : mes profs de collège et de lycée m’encourageaient, mais ils voulaient que j’écrive comme Flaubert, comme Proust, alors que moi je lisais des comics, du Barjavel, de l’Asimov, du Cavanna, du Simak, des choses beaucoup plus populaires, punchy, stimulantes pour mon imagination. Il m’aura fallu vingt-huit ans pour boucler la boucle et comprendre qu’il me suffisait d’écrire… ce que j’aimais lire !

     

    Ondes sonoresA.C. : Avant d'en venir à ton actualité d'écrivain, j'aimerais revenir sur un fait qui a marqué les amateurs de SFFF : la fin d'Utopod. T'arrive-t-il de regretter ton choix ? Quelles ont été les réactions des auditeurs ? Peux-tu nous dire deux mots sur cette aventure qui a pris trois ans de ta vie tout de même ?

     

    L.M. : Je ne regrette pas une seconde mon choix ! Je me sens soulagé, libre comme l’air, plein d’entrain pour mes projets personnels. Cela fait un bon moment que je travaille à temps partiel, le but étant de libérer un maximum de temps pour l’écriture, or ces dernières années je passais la majorité de mon temps libre à m’occuper d’utopod. Quelque chose ne fonctionnait pas. Maintenant tout va beaucoup mieux : je consacre plusieurs heures par jour à l’écriture et je me sens enfin en phase avec moi-même. Les auditeurs ont été adorables : ils m’ont soutenu dans mon choix, ils m’ont félicité pour ce que j’avais fait, ils ont compris… ça m’a vraiment fait chaud au cœur. Utopod aura été une expérience très enrichissante, aussi bien en termes humains que professionnels (j’ai appris divers métiers, et le savoir accumulé m’est d’ailleurs utile pour l’écriture). J’ai passé de belles années à produire l’émission, mais j’avais envie de tourner la page. C’est maintenant chose faite.

     

    A.C. : Venons-en à présent à l'écriture. Je t'ai découvert enOndes sonores tant qu'écrivain en lisant deux nouvelles parues dans la revue Bifrost. La première, c'est P.V. (dans le numéro 49, spécial Silverberg) et la deuxième, c'est la formidable nouvelle intitulée Demain les eidolies (dans le numéro 55, spécial Roger Zelazny). Que peux-tu nous dire sur ces deux nouvelles ?

     

    L.M. : J’ai eu l’intuition de « PV » dans un rêve. Je me promenais dans le quartier de mon enfance, à Montevideo, et c’était la fin du monde, il n’y avait plus personne dans les rues, tandis que les oiseaux chantaient des mélodies que je connaissais et qui m’émouvaient. De fil en aiguille, une idée en appelant une autre, je suis arrivé à la trame de la nouvelle. Elle parle de réalité virtuelle et n’est pas bien originale, mais c’est la première nouvelle de SF pure dont je sois vraiment satisfait.

     

    Ondes sonores« Demain les eidolies » est partie de deux expériences : un film de Mael Le Mée (musique de Jérôme Noirez) projeté aux Utopiales 2005 et… le mur crépi de mes toilettes. Poétique, n’est-ce pas ? Le film, complètement déjanté, parlait d’eidolies, ces formes troublantes qu’on devine dans les nuages, dans un repli de chemise, sur un toit de maison. Les murs de mes toilettes affichaient un relief abondant qui allumait mon imagination à chaque séjour. Je repérais de plus en plus de formes, et j’en suis venu à créer une histoire en reliant les motifs qui tapissaient la surface.

     

    A.C. : Oui, ça m'arrive aussi de voir des choses dans le crépis de mes toilettes... Je sais aussi que tu es au sommaire de l'anthologie Malpertuis II. Quel est le titre de la nouvelle, et que peux-tu nous en dire ?

     

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. La suite de ce passionnant entretien arrive dès demain...

    A.C. de Haenne

    « Head and shoulders, de Francis Scott FitzgeraldL'interview d'un auteur : Lucas Moreno (2/3) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    scifictif
    Vendredi 4 Février 2011 à 20:45

    Demain les eidolies est l'une des nouvelles sf les plus mémorables que j'ai lu (et j'en ai lu des centaines...). Quelle claque ! Je ne m'en remet toujours pas. Du coup, je suis intrigué par le film (court-métrage ?) que Lucas évoque. Tu as des précisions là-dessus A.C ?


     

    2
    Vendredi 4 Février 2011 à 21:27

    Non, aucunes. Peut-être Lucas pourra-t-il nous en donner s'il passe par ici ? Pour Demain les eidolies, je suis tout à fait d'accord avec toi ! Même si j'ai lu beaucoup moins de nouvelles...

    A.C.

    3
    Samedi 5 Février 2011 à 10:10
    Guillaume44

    Bon ben vivement la suite !

    4
    Samedi 5 Février 2011 à 10:13

    Elle arrive très bientôt...

    A.C.

    5
    Samedi 5 Février 2011 à 12:53

    Sympa Lucas Moreno ! J'avais bien aimé demain les eidolies. Je crois que c'est le seul texte que j'ai lu de lui.

    6
    Samedi 5 Février 2011 à 15:59
    Lhisbei

    Je n'ai rien lu de lui (bon d'accord je ne lis pas Bifrost et c'est peut-être un tort...)

    7
    Eidolies
    Samedi 5 Février 2011 à 18:03

    Merci pour le sympathique habillage illustré de l'interview, Antoine ! Et merci à scifictif : ravi que "Demain les eidolies" t'ait enthousiasmé ! Il n'y a pas grand-chose sur le film en question, sur la Toile, mais voici un article de blog qui te permettra d'en savoir un peu plus : http://www.3x6.net/sf/2005/11/01/le-fantasmatographe-et-la-chasse-aux-eidolies/

    A+

    8
    Eidolies
    Samedi 5 Février 2011 à 18:05

    Oups, j'ai oublié de signer le message... mais vous aurez deviné qui c'était. :-)

    Lucas

    9
    scifictif
    Samedi 5 Février 2011 à 21:56

    Merci pour le lien Lucas. Le film de Mael Le Mée tel qu'il y est décrit, ressemble pas mal dans sa forme à La Jetée de Chris Marker.


    Concernant Demain les eidolies, j'avoue avoir du mal à réfréner mon enthousiasme et à ne pas tomber dans des louanges propres à nous mettre, vous comme moi, dans l'embarras. Je me contenterai donc de dire que  le titre, très malin, m'a amené à reconsidérer d'un oeil neuf le personnage de Jenkins et donc le roman de Simak dans son entier. Drôle de mise en perspective !

    10
    Dimanche 6 Février 2011 à 19:17

    Scifictif, il faut que tu donnes la référence exacte du livre de Simak. J'avoue là mon ignorance crasse... En plus, je pourrais (re)lire la nouvelle de Lucas sous un oeil nouveau.

    A.C.

    11
    Dimanche 6 Février 2011 à 19:20

    Et merci Lucas (oui, on t'a reconnu !) pour la précision.

    A.C.

    12
    Dimanche 6 Février 2011 à 19:23

    @ Tigger Lilly : tu n'as pas le numéro 49 de Bifrost ?

    @ Lhisbei : oui, c'est un tort ! Surtout quand tu loupes des nouvelles telles que celles-là !

    A.C.

    13
    scifictif
    Dimanche 6 Février 2011 à 20:56

    Le bouquin de Simak, c'est Demain les chiens. Fix-up qui narre la désertion de la Terre par les humains et "l'abandon" de celle-ci aux chiens. Chaque récit est raconté par les chiens qui de génération en génération, par tradition orale, se transmettent ces contes d'un lointain passé. Contes qui suscitent la contoverse : l'existence de l'homme étant considérée comme une réalité historique par certains quand d'autres n'y voient que fable morale et mythologie.*


    Jenkins, c'est un robot domestique légué aux chiens par les humains pour assurer la transition et leur servir de tuteur en quelque sorte.


    Maintenant, si tu relies le Jenkins de Simak à la Hortense de Lucas, ça remet en question tout le bouquin de Simak qui, du coup, ne raconte plus la même histoire...


    * Que ce résumé light ne t'empêche pas de lire le livre de Simak, hein !


     

    14
    Dimanche 6 Février 2011 à 21:16

    Mais tu vois, c'est un livre que j'ai commencé à lire à 12 ou 13 ans. Je crois tout de même qu'à l'époque, ce genre de SF ne me parlait pas et il m'est un peu tombé des mains. Je ne l'ai pas en bibliothèque, mais dès que je le croise en vide-greniers ou en bouquinerie, je me le prends. De ce que j'ai pu comprendre depuis mon premier essai, c'est que ce bouquin est une référence du genre.

    Merci de cette précision. En plus, dès que je l'aurais relu, je pourrais me replonger dans la nouvelle de Lucas. Cette nouvelle perspective est plus qu'allêchante.

    Et puis, je ne vais pas attendre autant pour relire P.V. !

    En tout cas, merci scifictif de cette précieuse précision. 

    Tu vois, on a fini par l'avoir, cette interview ! ;-)

    A.C.

    15
    scifictif
    Dimanche 6 Février 2011 à 21:30

    Crénom, oui, on l'a eu cette interview. Sacrée perf. A.C !


    Merci à toi et à Lucas of course !


    P.S : screugneugneu, maudits doubles saut de lignes !

    16
    Lundi 7 Février 2011 à 20:34

    Ce fut un plaisir, j'espère partagé par Lucas, et bien sûr par tous les lecteurs de ce blog.

    Et ne t'inquiète pas trop des doubles sauts de lignes, Scifictif, ça signe ta présence, te donne une sorte de charisme numérique !

    A.C.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    17
    scifictif
    Mercredi 9 Février 2011 à 14:32

    Charisme numérique ?! ah ah ah.


    Ca évoque surtout du vide en extension à travers lequel on distingue quelque vague substance. Comme le portrait d'une hypereidolie à peine ébauchée, une esquisse  floue, vaporeuse, sans consistance. Une tentative inaboutie, un échec avant la réussite. Zut alors, j'ai dû être conçu dans sa période de tâtonnement, avant qu'elle ne perfectionne la technique... Le jour où elle ne jettera plus un oeil attendri sur ses brouillons, je nous prédis, inquiet, un destin tel que nous le laisse entrevoir Serge Lehman dans sa nouvelle Origami.


    Comment ça, il faut que j'arrête de me shooter à la sf ?

    18
    Mercredi 9 Février 2011 à 17:17

    Non, non, continue au contraire, c'est ça qui est bon ! En plus, vu comment ça t'inspire... Pas mal, les hypereidolies.

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :