• Black Swan - Cinéma

    Rivalités dans la troupe du New York City Ballet. Nina est prête à tout pour obtenir le rôle principal du Lac des cygnes que dirige l’ambigu Thomas. Mais elle se trouve bientôt confrontée à la belle et sensuelle nouvelle recrue, Lily...

    Black Swan (2010 ; 1h43) film américain réalisé par Darren Aronofsky avec Natalie Portman, Mila Kunis, Vincent Cassel…

     

    Vu dans le cadre du printemps du cinéma, Black Swan est réalisé par Darren Aronofsky à qui l'on doit notamment Requiem for a dream.Salle 101

    Il y met en scène Nathalie Portman, Vincent Cassel et Winona Rider dans un balai sulfureux et torturé.

    Nina est une danseuse de ballets consciencieuse, plus que couvée par sa mère. Or, elle est choisie pour incarner le personnage central du Lac des cygnes. Devant incarner à la fois le cygne blanc et le cygne noir, la jolie Nina bien lisse va devoir sortir de ses gonds et gouter aux vices. Pour cela, elle peut faire confiance à son patron, incarné par Vincent Cassel, et à la nouvelle arrivante mystérieuse : Lily.

    La prise de drogues, la rébellion contre l'ordre matriarcal, les expériences sexuelles sont une dimension du film. La transformation lente mais assurée de Nina en cygne en est une autre. Cette dernière donne son cachet fantastique au film. Selon ce que ressent Nina, ce qu'elle expérimente, le cygne noir prend de plus en plus de place. À mesure qu'elle s'affirme, elle perd prise. Thomas lui avait demandé de vivre son rôle. Littéralement, c'est ce qui se produit. 

    Black Swan est lourd en symboles. L'affirmation de soi est évidente. Nina est avant tout confrontée à un désir devenu nécessité d'assumer ses ambitions, de lutter pour les satisfaire et de s'évertuer à conserver ses acquis. Or, cette affirmation de soi ne peut s'exprimer que grâce au regard d'autrui. C'est bien ce regard extérieur qui crédite ou non les performances de Nina. Le balai est un art qui demande un public, certainement moins sévère que ses pairs ou que Thomas, l'organisateur du balai. S’exposer sur scène apparaît aussi éprouvant psychologiquement que de la quitter, comme cette ancienne gloire incarnée par Winona Rider en témoigne.

    Déjà proche de la folie, Nina sombre peu à peu. Si bien qu'on ne sait plus où sont les hallucinations et où sont les événements « réels ». A quel moment le virage se fait-il ? A moins qu'il n'y ait jamais eu de virage, à aucun moment. Là est bien le tour de force du réalisateur.

    Construit sur le mode du thriller, Black Swan ne laisse aucun répit au spectateur et l'entraine dans une course poursuite haletante entre Nina et son désir de célébrité et face à la Raison. 

    Bon, le film n'est pas exempt de tout défaut. La chute notamment est certes bien amenée. Elle laisse cependant sur un sentiment de frustration. Elle aurait pu friser le génie et offrir à ce film une portée toute autre. Si elle n'avait pas été si banale.

    Mais ne faisons pas la fine bouche. Black Swan est un très bon film qui regorge de bonnes idées et servi par une mise en scène dynamique et sulfureuse.

     

    note :

     

    Les Murmures.

    « Route Irish - CinémaEmission n°13 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Mars 2011 à 19:59
    Guillaume44

    Ma copine l'a vu, elle l'a trouvé pas mal.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Jeudi 24 Mars 2011 à 20:42

    J'avais adoré Requiem for a dream (que je serais bien incapable de revoir), j'avais été quelque peu dérouté par The Fountain (malgré d'énormes qualités), et j'ai trouvé récemment Pi (qui est, comment dire, Waow !) à l'achat. Malheureusement, je n'ai pas vu The Wresler, et celui-là semble pas mal. On peut dire que la filmo d'Aronofsky sort de l'ordinaire !

    A.C.

    3
    Jeudi 24 Mars 2011 à 22:10

    Black Swan est un très très beau film (et très glauque), et je recommande chaudement The Wrestler, moins délirant visuellement, mais qui joue sur le même thème (j'aurais jamais pensé accroché à un film sur le catch, et pourtant !).

    Faut vraiment que je vois Pi et Requiem for a dream un jour...

    4
    Jeudi 24 Mars 2011 à 23:05
    Guillaume44

    J'ai trouvé Pi en vente à 3,14 euros... Ok je connais la sortie :D

    5
    Vendredi 25 Mars 2011 à 07:24

    Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

    Je pense que je vais passer une bonne journée, moi...

    A.C.

    6
    Anourka
    Vendredi 25 Mars 2011 à 12:58

    Je me permets juste une petite correction, on écrit "ballet" et non "balai".

    Sinon, film magnifique, servi par d'excellents acteurs. J'avoue m'être sentie très mal par moments en le visionnant, tant le spectateur est pris par le délire schyzo de Nina.

    L'atmosphère est etouffante, effet renforcé par la multiplication des miroirs et des vitres très présents tout au long du film, manière de montrer le dédoublement de personnalité de l'héroïne, ainsi que par les espaces clos et étriqués.

    Saluons également l'OST, just wonderful. 

    7
    Vendredi 25 Mars 2011 à 13:23

    Oups ! Merci, la faute a été corrigée...

    Excuse mon inculture, l'OST, Kezako ?

    A.C.

    8
    Vendredi 25 Mars 2011 à 14:29
    Pitivier

    Original Sound Track

    9
    Vendredi 25 Mars 2011 à 16:51

    Merci.

    A.C.

    P.S. : ceci est le 1500ème commentaire de ce blog !

    10
    Jeudi 22 Décembre 2011 à 18:46

    Malgré toutes les bonnes critiques glanées ici ou là (surtout celle-ci), je n'étais pas certain d'avoir envie de le voir. J'ai eu récemment l'occasion de le voir (on m'a prêté le DVD), et je peux dire que j'ai été carrément subjugué par ce film.


    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :