• Bifrost n°60 : Vampires !

    Pour cette fournée d'automne, la revue des mondes imaginaires nous offre une incroyable plongée dans l'univers des suceurs de sang. De l'explication historique du mythe du vampire jusqu'à l'interprétation la plus moderne de son pendant littéraire, Bifrost est là pour vous guider...

    C'est en entamant cette nouvelle chronique que je me suis rendu compte que j'ai fait l'impasse sur le numéro 59 de ma revue préférée, numéro consacré à l'écrivain décédé récemment, J.G. Ballard. Tant pis, comme ça je n'aurais pas à vous parler de la qualité pour le moins discutable de la couverture...

    Fantasy au Petit-DéjeunerMais revenons au numéro qui nous intéresse aujourd'hui, le numéro 60 de la revue Bifrost, consacrée entièrement (ou presque) aux Vampires.

    Après l'incontournable éditorial, où le rédacteur en chef, Olivier Girard, s'explique (s'excuse ?) du choix de ce thème à la mode, on a droit à quatre nouvelles radicalement différentes les unes des autres :

    - Enculés ! d'Eric Holstein. Vision moderne du mythe du Vampire. Intéressant, mais l'exercice consistant à mettre bout à bout les différents rapports de police m'a rapidement semblé vain.

    - Nuit rouge, de Christophe Lambert. Impressionnante et sordide plongée dans l'univers des expérimentations nazies, à quelques mois seulement de la chute du régime. Glaçant. J'avais déjà eu le plaisir de vous dire ici tout le bien que je pensais de cet auteur. Cette (trop ?) courte nouvelle ne fait que confirmer ce sentiment.

    - Desmodus Draculae, de Léni Cèdre. Où l'on suit une scientifique aux prises avec une créature mythologique. Très certainement le plus faible des quatre textes. Il se laisse lire, sans plus.

    - Un précis, de Ian R. Macleod. Pas vraiment une nouvelle, ce texte est, comme son titre l'indique, plutôt un petit précis de bonnes manières à l'égard des... Vampires. Court, mais jubilatoire.

    Vient ensuite l'indispensable cahier critique de plus de quarante pages tout de même !

    Après cela, on arrive au très intéressant dossier sur les Vampires qui sont passés au crible : archéologie et Histoire du Vampire, oeuvres littéraires qui ont forgé le mythe, guide de lecture passionnant, série télévisée... Certaines grandes plumes de l'Imaginaire francophone sont même venues renforcer l'équipe de Bifrost déjà bien fournies en signatures prestigieuses. Parmi tant d'autres, je ne citerai que deux exemples : Fabrice Colin, qui vient nous parler de la série évènement True Blood, et Catherie Dufour, venue démonter l'incroyable phénomène Twillight...

    Et puis, Last but not least, notre cher Professeur Lehoucq, aidé par un ami vétérinaire et épidémiologiste François Moutou, nous parle de la réalité scientifique des Vampires.

    Bien sûr, ce papier ne pourrait être complet si je ne vous parlais pas de la superbe couverture signée Eric Scala.

    En conclusion, on peut juste dire que, malgré les mauvaises langues, cette nouvelle fournée de Bifrost ne sent pas le réchauffé. C'est même un menu de choix que l'on vous sert, bien saignant comme il se doit (oui, je sais, celle-là, elle est facile, mais je n'ai pas pu m'en empêcher.)

    note : 

    A.C. de Haenne

    « Donner de la voix n°10Le rôle sociologique de l'art »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Les-murmures
    Jeudi 16 Décembre 2010 à 22:07

    Bon, la prochaine fois que je prends le train, je sais quoi prendre comme revue.

    Chouette article en tout cas !

    2
    Jeudi 16 Décembre 2010 à 22:19

    Merci beaucoup !

    Oui, pour moi, c'est la meilleure.

    A.C.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Vendredi 17 Décembre 2010 à 19:58

    J'aime beaucoup Bifrost et ce numéro était particulièrement bon même si, contrairement à toi, je n'accroche toujours pas au style de Christophe Lambert. J'ai particulièrement aimé la chronique de Catherine Dufour sur Twiligh.

    4
    Vendredi 17 Décembre 2010 à 20:06

    Tu vois, il en faut pour tous les goûts ! Oui, le papier de Dufour était aussi jubilatoire que bien senti.

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :