• Avatar - DVD

    Parce que son frère jumeau est décédé, le marine paraplégique Jake Scully se voit proposer de le remplacer pour le projet Avatar, sur Pandora, l'une des lunes de la lointaine planète géante gazeuse, dans le système Alpha Centauri. Malheureusement, il n'est pas scientifique, et, surtout, il ne s'est jamais préparé au programme qui consiste à "piloter" le clone d'un Na'vi. C'est ce que semble lui reprocher le docteur Grace Augustine, responsable du programme Avatar...

    Avatar (2009, 2h42), film américain de James Cameron, avec Sam Worthington, Sigourney Weaver, Stephen Lang...

    Premier et unique film que j'ai vu en salle en 3D (pour l'instant bien sûr), jeOndes sonores garde de cette expérience cinématographique un très bon souvenir. Bien sûr, la vision en DVD est forcément de moins bonne qualité (pour le côté spectaculaire notamment), mais on passe quand même un très bon moment.

    En préparant cette chronique, je me suis dit que ce serait un peu vain de reparler des forces et des faiblesses de ce film, car cet exercice a été mainte fois fait auparavant, et de meilleure manière j'en suis sûr. Et puis, je me suis souvenu du splendide article de Roland Lehoucq, scientifique et chroniqueur à Bifrost. Je reprends donc ici les grandes lignes de son article dans le numéro 58 de la fameuse revue.

    Au niveau de la faune et de la flore, la faible gravité de Pandora (3/4 de celle de la Terre) permet l'arbre géant tel qu'on peut l'admirer dans le film de Cameron. Elle peut aussi expliquer la grande taille des Na'vis (de l'ordre de 3 mètres). Par contre, il est peu probable de trouver des animaux de grande taille avec six pattes car la structure du squelette d'un vertébré à six pattes n'est pas sans poser de délicats problèmes d'articulations.

    La compagnie RDA s'intéresse à Pandora à cause de la richesse de son sous-sol, notamment la présence d'unobtainium (absent de la classification périodique des éléments de Mendeleïev). Son prix serait de 20 millions de dollars le kilogramme. Ce prix prohibitif pourrait sembler tout à fait rentable. Cependant, justifierait-il vraiment un voyage jusqu'à alpha Centauri ? Voyageant à 70% de Ondes sonoresla vitesse de la lumière (7000 fois plus vite que nos sondes les plus rapides !), il n'a fallu que six ans au vaisseau Venture Star pour atteindre Pandora. La quantité de carburant est telle que cela ne semble, au final, pas très raisonnable, même pour un minerai aussi cher (pourquoi ne pas trouver plutôt un substitut ?) 

    Voilà, j'espère qu'on m'excusera de ce pillage éhonté. D'ailleurs, pour me faire pardonner, je vous invite toutes et tous à vous précipiter sur ce numéro 58 qui, outre ce magnifique article, est un spécial Laurent Genefort !

    Malgré ses incohérences, ce film reste tout de même un magnifique spectacle avec un message écologique (un peu neuneu quand même) qu'on n'a pas l'habitude de voir dans une production hollywoodienne. Cette grosse machine au budget impressionnant (460 million de dollars, dont un tiers rien que pour la publicité) a très vite été rentable. Le réalisateur James Cameron a donc rapidement annoncé qu'il s'agit d'une trilogie. On retrouvera donc très vite les grands bonhommes tout bleus...

    note : 

    A.C. de Haenne

    « Voyage au bout de l'Europe, de Gilbert Millet (W)Présences d'Esprits n°66 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Les-murmures
    Lundi 14 Mars 2011 à 10:08

    Je ne sais toujours pas ce que je pense de ce film...

    Mais comme tu le dis, l'objet n'est pas de faire la liste de ses qualités et défauts. Par contre, ça me rappelle une émission de La tête au carré (il me semble) consacrée aux caractères plausibles de la SF (au moment de la sortie d'Avatar justement). Faudra que je retrouve la date si ça vous intéresse (c'est en podcast bien sûr).

    2
    Lundi 14 Mars 2011 à 12:06

    Oh oui, ça intéresse ! Plutôt deux fois qu'une !

    Après, mon article est beaucoup moins bien que celui de Lehoucq dans Bifrost. Je conseille à tous d'aller le lire si ce n'est pas déjà fait...

    A.C.

    3
    Les-murmures
    Lundi 14 Mars 2011 à 22:05
    Ok ! Je vais m'arranger pour mettre la main dessus.
    4
    Les-murmures
    Mercredi 16 Mars 2011 à 08:17

    ça y est : c'est l'émission de la Tête au carré du 27 octobre 2010. A l'occasion de l'exposition Science et Science fiction, ils s'intéressent à la manière dont la science influence la science fiction, notamment.

    En podcast bien sûr.

    5
    Mercredi 16 Mars 2011 à 12:09

    Merci du tuyau, j'essaie de me trouver ça rapidement.

    A.C.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Jeudi 17 Mars 2011 à 17:52

    Je l'ai écoutée ce matin, et c'était passionnant. Par contre, quelle ironie d'entendre Lehoucq dire que l'apocalypse nucléaire ne fait plus partie des préocupations des gens en ce moment (l'émission date du 27 octobre...), contrairement au années 50 !

    A.C.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :